Conférence présentée par le Recteur Gérard-François DUMONT, Professeur à la Sorbonne, Président de la revue « Population et Avenir » aux étudiants étrangers de l’École Centrale de Lyon (Brésiliens, Chinois, Européens (Erasmus), Russes, Ukrainiens) le 6 septembre 2004
Notes prises sur le vif et mise en page par Philippe Arquès, relues par Gérard-François Dumont.Organisation en association avec Michel Robatel (Association RPF)

Plan de la présentation

1- Ce qui se dit sur la démographie
2- Les logiques démographiques
3- Les évolutions
4- Analyses spécifiques
5- Des livres de référence
6- Une revue sur les questions géodémographiques

Introduction

Une représentation de la démographie mondiale est dans cette salle, chaque étudiant illustrant un pays ou une région ayant ses spécificités démographiques. La démographie est une science sociale particulière car elle permet aisément de faire de la prospective, de jeter un regard dans l’avenir. Il est possible d’évaluer quelle sera la composition de telle ou telle population dans l’avenir, par exemple en 2030, compte tenu de facteurs comme :

1. L’évolution de l’espérance de vie selon :

• La disparition ou non du sida,
• L’évolution des comportements à risque (alcoolisme, tabagisme, drogue…)
• Les guerres,

• Les accidents climatiques…

2. Les décisions prises par les couples en matière de natalité,
3. Les évolutions migratoires.

Il est possible d’effectuer une approche scientifique de l’ensemble des données démographiques actuelles afin d’en tirer des estimations pour l’avenir.

1- Ce qui se dit sur la démographie

• Dans les médias, il est courant de lire , « qu’il y a trop d’hommes sur la terre ». Or la surface de la Chine est approximativement égale à la surface des États-Unis. Il y a en Chine 1,5 milliard d’habitants et 300 millions aux États-Unis.
• Dans les médias, un « scientifique » américain a souhaité que le nombre d’habitants de son pays ne dépasse pas 64 millions.
• Un autre, dont le livre s’est vendu à des millions d’exemplaires dans le monde, a exprimé le souhait que le nombre d’habitants sur la terre ne dépasse pas 500 millions alors que la population actuelle est de 6 milliards.

Ces deux propositions sont objectivement absurdes car elles supposent ou l’euthanasie de centaines de millions de personnes, soit l’arrêt de la natalité pendant plusieurs décennies, conduisant à l’extinction de l’espèce. Or le nombre actuel d’hommes sur terre, plus de six milliards, est le résultat non d’une natalité qui se serait accrue, mais d’un immense progrès dans la lutte contre la mortalité.

2- Les logiques démographiques

Le monde évolue actuellement avec une augmentation de l’économie et un accroissement de la population dû aux progrès fantastiques de la longévité.

Prenons l’exemple de la France.
• En 1901, l’espérance de vie moyenne était de 45 ans pour les hommes et de 48 ans pour les femmes.
• En l’an 2000 l’espérance de vie moyenne es t de 75 ans pour les hommes et de 82 ans pour les femmes.

 

Figure 1 L’espérance de vie en France selon les sexes

Figure 1 : L’espérance de vie en France selon les sexes – France métropolitaine : durée de vie moyenne escomptée en années (analyse transversale). sexe féminin sexe masculin © Gérard-François Dumont Chiffres Marcel Croze 1976, puis Insee.

 

Notons que l’accroissement plus intense en 1947 (sexes féminin et masculin) profite du développement de la vaccination et de la sécurité sociale dans l’après-guerre.

Première cause de l’accroissement de la population du monde

L’espérance de vie augmente et cela entraîne l’accroissement de la population, plus particulièrement dans la période appelée « Transition démographique ». Cette dernière se reproduit pour chaque pays avec des différences de calendrier et d’intensité liées aux caractéristiques politiques, économiques et sanitaires du pays.

 

Figure 2 Schéma de la “Transition démographique ”
A-D : première étape de la transition
D-G : seconde étape de la transition
A-G : durée totale de la transition
A-B : début de l’augmentation du taux de croissance
A : début de la transition © Gérard-François Dumont

taux de natalité : courbe rouge
taux de mortalité : courbe noire
taux d’accroissement naturel (natalité moins mortalité) : courbe verte

Avant A : périodes prétransitionnelles : mortalités élevées, natalités généralement élevées
Après G : périodes postransitionnelles : mortalité basse, natalité variable.

À la période A, précédant la transition démographique, le taux de mortalité est très élevé :

1. parce que les bébés meurent jeunes. Dans les pays occidentaux, les nombreuses maladies entraînent une mortalité importante des enfants de moins d’un an jusqu’à la fin du XVIII e siècle.

2. La deuxième cause est liée à la mortalité à l’âge adulte. Pour les femmes, elle est importante lors d’un accouchement ou à la suite de l’accouchement :
• sur 100 femmes, six meurent en couche ou des suites de couches,
• la longévité des hommes est équivalente à celle des femmes.

Toujours en A, la mortalité infantile (enfants ayant un âge inférieur à un an) est autour de 250 pour 1000 naissances. La mortalité infanto-adolescente (jeunes entre 1 et 19 ans) est aussi de 250 pour 1000.

Puis, dans une première étape, de A à D, Les progrès extraordinaires de la médecine et des conditions économiques font baisser de façon spectaculaire le taux de mortalité globale (enfants et adultes).

Dans une seconde étape (D à G sur la figure 2), le taux de natalité baisse . C’est une conséquence du taux de mortalité qui a chuté fortement et durablement. Avant, pour que la famille compte deux enfants adultes, il était nécessaire qu’il y ait quatre accouchements. Lorsque la mortalité des enfants chute d’une manière importante, pour obtenir que la famille compte deux enfants adultes, seuls deux accouchements sont nécessaires. Ceci explique la baisse de la natalité à la suite de la baisse de la mortalité.

La courbe en cloche du taux d’accroissement naturel de la population obtenue caractérise la transition démographique dont le taux maximum se situe en moyenne mondiale dans les années 1960.

 

La transition démographique au Mexique

 

Figure 3 Transition démographique au Mexique

Figure 3 Transition démographique au Mexique : Taux annuel pour mille habitants. natalité accroissement naturel mortalité © Gérard-François Dumont – Chiffres Census Bureau.

Exemple : la figure 3 représente la transition démographique au Mexique
En ordonnée, taux de natalité de zéro à cinquante pour 10 00 habitants.
Sur la partie croissante de la courbe rose (triangle) : les femmes mieux soignées et mieux nourries ont une fertilité qui augmente naturellement car elles ont une meilleure santé.
Le taux de mortalité chute jusqu’à un taux de cinq pour 1000 actuellement.

 

3- Les évolutions

 

3.1. La décélération mondiale

Figure 4 Population mondiale : Décélération du taux annuel d’accroissement. Figure 4 Population mondiale : Décélération du taux annuel d’accroissement. <br>taux annuel d'accroissement pour cent habitants © Gérard-François Dumont - Chiffres Census Bureau.

Figure 4 Population mondiale : Décélération du taux annuel d’accroissement.
taux annuel d’accroissement pour cent habitants © Gérard-François Dumont – Chiffres Census Bureau.

La figure 4 représente la décélération de la croissance de la population mondiale. Le « creux » dans les années 1960 représente les conséquences du « grand bond en avant » en Chine, avec plusieurs années noires au coût démographique équivalent à une guerre très meurtrière :
• avec une mortalité élevée due à la population mal nourrie avec une agriculture profondément dégradée,
• et une baisse importante de la natalité liée à l’infertilité accrue due aux conditions de fonctionnement de la société chinoise.
Figure 5 L’excédent annuel de la population mondiale en millions d'habitants

Figure 5 L’excédent annuel de la population mondiale en millions d’habitants
excédent annuel (naissances moins décès) en millions d’habitants. © Gérard-François Dumont – Chiffres Census Bureau.

Le maximum (Fig. 5) de l’excédent annuel de la population mondiale (naissances moins les décès en millions d’habitants) est situé en 1989.

 

L’accroissement naturel de la population en Algérie (fig6)

Figure 6 L’accroissement naturel de la population en Algérie
Taux annuel pour mille habitants. natalité accroissement naturel mortalité © Gérard-François Dumont – Chiffres International Data Base.

Sur la figure 6, le cas particulier de l’Algérie est présenté.
La mortalité décroît mais moins vite que la natalité. Finalement l’ accroissement naturel de la population décroît continuellement depuis 1986.

 

3.2. Prospective mondiale

La figure 7 représente la totalité de la population du monde profitant de la progression dans la lutte contre la mortalité.
Pour l’avenir, l’augmentation de la population est dépendante de plusieurs éléments dont :
• effet d’inertie,
• actuellement, une tendance basse qui est due à la pandémie du sida dans certains pays,
• à la baisse de la natalité européenne.
Figure 7 Projection de la population mondiale avec 3 hypothèses différentes

Figure 7 Projection de la population mondiale avec 3 hypothèses différentes Ensemble des populations du monde (en millions d’habitants) : données estimées depuis 1900 et projections jusqu’en 2050.
 © Gérard-François Dumont – Chiffres WPP, The 2000 Revision, ONU, 2001.

Projection de la population mondiale avec 3 hypothèses différentes: dans l’hypothèse basse, le taux de mortalité peut augmenter d’une part avec l’augmentation de maladies (actuellement le sida), l’apparition d’une guerre ou par la dégradation des conditions sanitaires résultant de conflits civils.

 

4- Analyses spécifiques à certaines régions ou certains pays

4.1. Les États-Unis et l’Union européenne en forte divergence

Le taux de croissance économique est lié au différentiel démographique. En Europe, la récession démographique (Fig. 8) a entraîné une stagnation et une récession économique. Aux États-Unis, après être descendu jusqu’à 1,8, le nombre d’enfants par femme est remonté à 2, proche du 2,1 qui représente le taux de remplacement des générations. Ce taux élevé explique pour une part le taux de croissance économique plus élevé aux États-Unis que dans l’Union européenne.
Indice synthétique de fécondité (nombre d'enfants par femme) comparaison UE Etats Unis

Figure 8 Indice synthétique de fécondité (nombre d’enfants par femme)
Indice synthétique de fécondité (enfants/femme). États-Unis Union européenne (Quinze) © Gérard-François Dumont – chiffres Ined et Eurostat.

 

4.2. Le Brésil et l’Iran : des baisses très rapides de la fécondité

Certains pays présentent une baisse de la fécondité très rapide pour différentes raisons : baisse de la mortalité, conditions médicales, contraception, etc. (Fig. 9).
Comparaison entre la fécondité au Brésil et en Iran (fig9)

 Figure 9 Comparaison entre la fécondité au Brésil et en Iran
Enfants par femme Brésil Iran © Gérard-François Dumont – Chiffres IDB

• Dans le monde entier, lors de l’accouchement, les césariennes représentent 10 à 15 % des accouchements. Au Brésil, les césarienne s représentent 33 à 40 % pour des raisons diverses. Avec pour conséquence de diminuer le nombre d’enfants qu’une femme peut avoir et donc d’influer sur le taux de la natalité. • Il existe un programme de stérilisation des femmes avec leur accord ou parfois sans.
Ces deux raisons s’ajoutent à la fin de la transition démographique pour expliquer le taux de natalité qui chute au Brésil (courbe natalité à partir de 1970).

 

4.3. L’Inde : triplement de l’espérance de vie

En Inde, l’espérance de vie en 1910 était de 23 ans, l’espérance de vie actuellement est de 65 ans (Fig. 10). L’augmentation de l’espérance de vie a pour conséquence d’accroître la population.
Espérance de vie en Inde (fig10)

Figure 10 Espérance de vie en Inde Nombre moyen d’années de vie escomptées (analyse transversale). moyenne (les deux sexes considérés) © Gérard-François Dumont – Chiffres Census of India et IDB. 

 

 

4.4. La Chine, un peuplement relatif moindre

Une des idées actuelles est qu’il y a trop de Chinois dans le monde. C’est une idée fausse. La fig.11 représente la proportion de la population chinoise par rapport à la population mondiale. Actuellement, ce pourcentage est de 22 %, il a atteint 36 % en 1850.
Pourcentage de la population chinoise en pourcentage de la population mondiale (fig11)

Figure 11 Pourcentage de la population chinoise en pourcentage de la population mondiale au cours des siècles 9  © Gérard-François Dumont – Chiffres Biraben, Population, 1979, n° 1, e 

Indice de fécondité en Chine

L’indice de fécondité en Chine ne descend pas en dessous de 1,6 malgré l’existence d’une loi n’autorisant qu’un enfant par famille (Fig. 12).
Cette règle (la loi) d’un enfant par famille :
• n’est pas appliquée aux ethnies minoritaires compte tenu de leurs protestations,
• n’est appliquée que s’il existe des sanctions. Le système administratif dans les villes permet de faire respecter cette règle. Il n’ existe pas de système administratif exhaustif dans les campagnes et la règle n’est pas respectée. Certains enfants ne sont pas déclarés et n’ont donc pas d’existence légale. A leur majorité, ils ne peuvent ni voter ni se marier.
• vient en opposition avec la coutume de rendre hommage aux ancêtres. C’est le garçon qui, en fait, a compétence pour rendre cet hommage. Il est donc nécessaire que chaque famille comprenne un garçon. Ceci explique le différentiel de naissance entre filles et garçons :
• en Chine : pour 100 filles, il y a 117 garçons,
• dans le monde entier : pour 100 filles, il y a 105 garçons.

Figure 12 Indice de fécondité (Nombre d’enfants par femme) en Chine (enfants/femme) © Gérard-François Dumont – Chiffres Roy et IDB. En 1960, la baisse de la fécondité est due au « Grand bond en avant »

 

4.5. Des pays dans l’« hiver démographique »

Si le taux de natalité est inférieur au taux de mortalité, alors le taux d’accroissement naturel est négatif. C’est le cas actuellement de l’Allemagne, de l’Italie et d’une quinzaine de pays en Europe dont la population diminue d’au tant qu’ils n’ont pas d’apports migratoires.

 

BIBLIOGRAPHIE DE GÉRARD-FRANÇOIS DUMONT

Gérard-François DUMONT est professeur à l’Université de Paris IV-Sorbonne. Auparavant Recteur d’Académie, il préside la revue Population & Avenir et est administrateur de la Société de Géographie. Parmi 360 publications, il a notamment publié :
• Démographie (Dunod, 1992),
• Les migrations internationales (SEDES, 1995)
• Les racines de l’identité européenne (Economica)
• La population de la France, des régions et des DOM-TOM (Ellipses, 2000).
• Géographie de la France (Ellipses, 2002)
• Les populations du monde (Armand Colin, 2004, 2° édition)

5- Des livres de référence

LES RACINES DE L’IDENTITÉ EUROPÉENNE Éditions Economica

(Livre préfacé par José Maria Gil-Robles y G il-Delgado,
Président du Parlement européen) Quelle Europe au XXIe siècle ? Monstre administratif ou ferment de civilisation ? Ensemble impuissant à faire respecter les droits de l’homme sur son propre con tinent ou facteur de paix et de développement ? Voie de déclin ou source de renaissance ? L’avenir dépendra des perspectives d’identité que l’Europe aura su promouvoir. D’où l’importance de mesurer, de connaître et d’apprécier les divers aspects de l’identité européenne. A cette fin, l’ouvrage examine les identités nationale s de différents pays européens, et met en lumière les liens entretenus avec une identité européenne, elle-même analysée aux plans historique, géographique, politique, philosophique, socio-psychologique, socio-démographique… Dirigé par Gérard-François Dumont, ce volume a bénéficié de la collaboration de vingt-trois auteurs de quinze nationalités différentes ; il propose une connaissance approfondie des racines de l’identité européenne et permet de saisir quels sont, pour l’avenir, les enjeux de civilisation sur le continent européen. (Éditions ÉCONOMICA. 49 rue Héricard 75015 Paris Tél.: 33 (0) 1 45 78 12 92 Fax 33(0) 1 45 75 05 67)

LA POPULATION DE LA FRANCE, DES RÉGIONS ET DES DOM-TOM , Éditions Ellipses

Connaître la France aujourd’hui nécessite de comprendre les important es mutations de sa population, éclairées par les résultats du tout dernier recensement. La distribution spatiale es t commandée, au début du troisième millénaire, par des processus donnant naissance à une nouvelle géographie de la France. Des caractéristiques parfois inédites émergent dans la répartition par âge et par sexe, dans la composition par nationalité, dans les structures des ménages… L’auteur souligne clairement toutes les évolutions démographiques de la France et les spécificités des vingt-deux régions métropolitaines et des DOM-TOM. Il met en lumière l’importance des liens entre les dynamiques démographiques et les particularités de l’espace français. De nombreuses figures et cartes, incluant les plus récentes données (dont les résultats du dernier recensement), illustrent ce tableau détaillé de la population de la France et de ses régions. (Ellipses 32 rue Bargue 75740 Paris cedex 15. Tel 01 45 67 74 19.)

LES POPULATIONS DU MONDE (Éditions Armand Colin 2004 2° édition)

La dynamique contemporaine de la population mondiale présente des caractéristiques inédites. La croissance antérieure due à la transition démographique laisse la place à un ralentissement, parfois très rapide, même dans certains pays d’Afrique. La répartition spatiale des populations devient de plus en plus inégale. L’urbanisation profite d’abord aux métropoles multimillionnaires. Les migrations se diversifient. Le vieillissement s’annonce comme le phénomène majeur du futur. L’auteur propose une approche géographique fine, partant d’un constat planétaire pour examiner les traits multiformes des identités démographiques des continents, des sous-continents et des pays. Ce livre montre la variété des évolutions et des différences spatiales pour le mouvement naturel comme pour le mouvement migratoire. Il satisfait ainsi à deux objectifs : la connaissance des étapes de la croissance humaine et de l’occupation des divers territoires de la planète ; la compréhension des variations dans l’espace et dans le temps des rythmes démographiques. De nombreuses figures et cartes, incluant le s plus récentes données, et un index géographique accompagnent cette analyse détaillée des populations du monde.

SOMMAIRE : La géographie de la population mondiale. Les principaux processus démographiques. L’Afrique et sa région subsaharienne . L’irrépressible décélération de l’Afrique septentrionale. L’Amérique Latine, un sous-continent jeune et urbanisé. L’aventure démographique de l’Amérique du Nord. L’Asie et sa région occidentale. L’Asie centrale du Sud et son sous-continent indien. L’Asie orientale et son Extrême-Orient. L’Asie du Sud-Est et le plus vaste archipel du monde. La « vieille » Europe. Le modeste peuplement océanien. (ARMAND COLIN – 75704 PARIS CEDEX 13)

6- Une revue sur les questions géodémographiques

Présentation de la revue Population & Avenir.

Objet La revue Population & Avenir a pour objet d’apporter une meilleure compréhension des réalités et des évolutions en France, en Europe et dans le monde sous l’éclairage révélateur de la démographie et de la géographie de la population. Dans ce dessein, cinq fois par an, Population & Avenir présente clairement à ses lecteurs le privilège d’informations, d’analyses, de réflexions et d’argumentaires, illustrées par des cartes, des graphiques, des schémas…

Rédigée clairement et en tout e indépendance par des experts éminents, Population & Avenir est publiée par une Association reconnue d’utilité publique présidée par le Recteur Gérard-François Dumont.

Lectorat Ses abonnés comprennent des responsables de collectivités territoriales ou de développement local, des enseignants, lycéen s et étudiants, des centres de documentation, ainsi que des institutions sociales et des citoyens curieux de l’avenir.

L’abonnement annuel (32 euros) peut être souscrit en ligne dans la Boutique Population & Avenir

Son champ géographique couvre :
• la France (“ L’âge des départements ”, “ Le tour de France des régions ”…),
• L’Europe (“ L’armature urbaine de l’ Allemagne ”, “ L’Italie, grandeur ou déclin ? ”…)
• Et le monde (“ La géographie mondiale des populations ”, “ L’Irak, géopolitique et populations ”…)Site Web Retrouvez également de multiples informations sur la revue Population & Avenir sur le site web : www.populationetavenir.org
Version PDF à télécharger :  Conf_ Population_Mondiale_GFD_24_09_2004